Communauté de Communes Vesle & Coteaux de la Montagne de Reims

« Brin de Nature »

Du 3 avril au 25 juin

Par Elisabeth Gaillard

« Brin de Nature »

Flore, faune et graphisme

Je suis née à la campagne, il y a 65 ans, et je dois à ma mère cette passion pour la botanique  c’est elle qui m’y a initiée. Comme elle, je me suis toujours sentie en harmonie avec  la nature et apaisée par elle.  Une grande partie de ma vie, j’ai dû habiter en ville mais il était impératif pour moi d’aller en forêt le week-end. J’aime son silence, sentir l’humus, entendre le chant d’un oiseau, le cri moqueur du pic, le bruissement des feuilles sous la caresse du vent, croiser furtivement un chevreuil ou sanglier. Marcher sur un lit de mousse est un délice que je savoure dans les forêts de la Montagne de Reims ou d’Argonne, à la recherche de quelques champignons à photographier ou à mettre dans mon panier.

Ensuite je me suis prise de passion pour une branche plus spécifique de la botanique : les orchidées sauvages. Leur relation avec les insectes et leur beauté particulière me fascinent, elles ont conduit mes pas vers la macrophotographie

Au début j’ai utilisé la macrophotographie, comme outil de détermination, plus besoin de faire des prélèvements de plantes ou d’insectes. Mais au fil du temps, subtilement l’image s’est imposée à moi en préoccupation essentielle, a éclipsé ma première démarche d’identification.

Mettre en avant la fragilité et la beauté d’une fleur ou d’un insecte est ce qui m’importe, lui donner une autre dimension en la situant dans une ambiance qui laisse place à la rêverie, aux émotions de toutes sortes

La macrophotographie permet de sublimer les petites choses que l’on rencontre au quotidien, pour peu que l’on sorte des sentiers battus et que l’on sache ouvrir l’œil : une lumière fugace  qui transcende le sujet me donne follement envie de partager cette beauté toute simple, sans aller au bout du monde !

J’aurais aimé savoir peindre, savoir écrire, trouver un moyen de faire passer mes émotions ; la photographie est la seule discipline où j’arrive assez bien à m’exprimer.

Pour les fleurs j’essaie par mes tons pastels et la douceur des mes images de rendre palpable leur fragilité et leur beauté, je voudrais presque pouvoir faire sentir leur parfum.  Mais je crois que j’applique cela à toutes mes photos,  j’aime le calme et la sérénité et j’ai envie qu’il en soit de même pour le lecteur de mes images. Mais il est des instants où ce sont la couleur et le graphisme qui s’imposent, je saisi ce qui provoque chez moi une émotion visuelle. Je ne sais pas si diversifier mes ambiances est important, ce n’est pas une démarche volontaire, c’est un état de fait.

Je souhaite que mes photos continuent à être  un lien entre les autres, la nature et moi. Que la douceur que j’ai pu y mettre  donne envie à tous de regarder à leurs pieds même si je n’ose avoir la prétention de contribuer à la protection de cette nature si fragile.

http://elisabethgaillard.com